Obésité en France : sommes-nous plus touchées que nos voisines Européennes ?

Obésité en France : sommes-nous plus touchées que nos voisines Européennes ?

23 juillet 2019

À l’approche des vacances d’été, les femmes avec des formes appréhendent les après-midi bronzette sur la plage. Mais quelle est la place de l’obésité en France ? D’après un sondage de Naturavox, réalisé par l’Ifop, les Françaises en surpoids se sentent particulièrement dévalorisées… Explications !

L’étude de l’Ifop a été réalisée auprès d’un échantillon de 5 000 femmes, représentatives de la population européenne. Parmi elles, 1 000 Françaises se sont prêtées à l’exercice !

Dans un pays comme l’hexagone, pour être belle, il faut être mince. Le poids influ sur la beauté. Les femmes avec des formes se sentent dénigrées et perdent confiance en elles, tant sur le plan moral, que sexuel avec leur partenaire.

Obésité en France : les femmes de plus en plus touchées

Depuis une trentaine d’années, le pourcentage de femmes en surpoids a presque triplé en France. En effet, l’obésité est calculée en fonction de l’IMC (l’indice de masse corporelle). Début de l’année 1992, 6% des femmes étaient concernées, contre plus de 15% en 2019. En cause ? L’augmentation significative de l’obésité en Europe, depuis le début des années 90.

Toujours d’après l’étude, l’obésité en France dépendrait des régions. Dans le nord de l’hexagone, les femmes seraient nettement plus touchées que dans le sud.

L’obésité en France, moins forte que dans le reste de l’Europe

Même si le nombre de femmes en surpoids a connu une évolution significative en France depuis 30 ans, les Françaises restent en bas du classement des européennes. Celles en tête, ce sont les habitantes des pays du Nord-Ouest de l’Europe. Il y a 21% d’obèses au Royaume-Uni et 20% en Allemagne. À l’inverse, les femmes les plus fines sont en Italie, pays où le taux d’obésité est à 13% seulement.

Les Françaises, des reines de l’autocritique

L’étude a ensuite proposé aux femmes de s’évaluer elles-mêmes, en fonction de leur physique. Et là, les résultats sont impressionnants : seulement 22% des Françaises en surpoids s’estiment « jolies ». C’est le taux le plus bas dans toute l’Europe. En France, les femmes s’auto-critiquent et ont une opinion très dure d’elles-mêmes.

À l’inverse, les Italiennes, les Espagnoles et les Anglaises sont sur le podium, et réussissent à se trouver belles, malgré les kilos en trop.

Lien entre la corpulence et l’estime de soi

Pour les Françaises, leur corpulence est étroitement liée à l’estime qu’elles ont d’elles-mêmes. Plus elles se sentent obèses, moins elles ont confiance en elles. Et ce, jusque dans les rapports sexuels. Une femme sur quatre en surpoids est intimement persuadée que son conjoint est moins attentif à elle, même pendant l’acte. Il ne se focaliserait pas sur son plaisir. Et elle en souffre considérablement.

Toujours selon l’étude, si la gente masculine se comporte de la sorte, c’est que l’homme est persuadé que, si sa femme est ronde, elle ne le quittera pas, puisqu’elle aura du mal à trouver un nouveau conjoint, du fait de ses formes.

La société ne serait-elle pas trop stéréotypée, au point qu’une femme se sente rejetée, dévalorisée et non désirée, pour quelques rondeurs ?

(Étude réalisée en avril 2019, auprès de 5 026 femmes âgées de 18 à 65 ans, habitant en France, en Italie, en Espagne, en Allemagne et au Royaume-Uni).

Partagez l'article

Facebook Twitter Pinterest

Les actus

À lire également

Se amici excusatio in neque Fanni rem rogati causa sumus enim loco excusatio tum rogati Turpis et locati consuetudo aliquantum aliquantum spatio maiorum locati rogati longe curriculoque ut casus de.

Toutes les actus

Les plus populaires

Des astuces Beauté pour sauver votre journée, des looks de stars à s’approprier… Retrouvez les articles les plus populaires de La Loge Beauté pour être à la pointe du style et de l’actualité en toutes circonstances.